Les chansons de la mer

 

 

  1. Le bateau blanc 3'50"
  2. Au port de Marseille 2'32"
  3. La frégate 1'50"

 

Paroles : André Poutchy ; musique : André Poutchy et Guy Morançon
sauf  "Si demain je savais la mer" paroles : Claudine Zoller

 

  

Retour à la discographie

 

LE BATEAU BLANC

André Poutchy - Guy Morançon

*   La vieille auberge était déserte,
Et poussant la porte entrouverte, j’entrais.
Assis sur un vieux banc de chêne,
Et leurs deux mains faisant la chaîne,
Etaient un matelot et une fille,
il était grand elle jolie,
et c’est en écoutant la vieille histoire,
qu’il lui racontait après boire,
que je compris qu’il lui mentait.


*  Sur mon bateau blanc je t’emmènerai dans un voyage sans équipage
Sur mon bateau blanc je t’emmènerai au vent du large je t’aimerai.
Moi qui connais la belle histoire qu’il y a dans le sac des marins.

*  Pendant des jours dans le village,
Je la rencontrai à son bras,
Le matelot était volage, la fille ne le savait pas.  
Elle croyait qu’elle était sienne,
Et qu’un jour il l’emmènerait au loin,
Au son des guitares hawaïennes
Vers des pays chauds et dorés.

*  Refrain : sur mon bateau blanc….idem

*  Sur le rivage il n’y a plus
Qu’une fille qu’on n’aime plus
Et rien que le vent qui pousse à la mer
Un tas de souvenirs amers, les siens
Des souvenirs d’un matelot
D’un amour noyé par les flots et rien
Qu’une fille au chagrin d’enfant
Les larmes séchées par le vent
Qui court, qui court les pieds dans l’eau.

*  Vers le bateau blanc, qui l’emportera au loin là-bas,
vers le bateau blanc qui l’emmènera au loin par-dessus l’horizon,
vers le bateau blanc qu’elle trouvera là-bas demain,
vers le bateau blanc qui repêchera son corps
dans les courants marins, dans les courants marins, dans les courants marins.

 retour

LA FRÉGATE
André Poutchy - Guy Morançon
 

Là haut sur la frégate
Nous sommes quatre matelots.
Là haut sur la frégate
Quatre qui n'ont pas peur des flots.

Et notre capitaine
Aux cheveux noirs comme corbeau,
Aux façons dignes d'une reine
A l'âme fière et le cœur chaud.

C'est la belle Corinne
Adorée de ses matelots
Qui a un jour pour la marine
Donné son cœur au chef Pierrot

Et lui dans les cuisines
Au flanc du gracieux vaisseau,
Comme un prince il imagine
Des plats pour des festins royaux

Là haut sur la frégate,
Allons vers une île enchantée
Et si jamais le temps se gâte
Rien ne nous fera démâter

Car nous aimons la vie
Et le bon vin à plein tonneaux,
Et si nous vous faisons envie
Venez avec nous sur les flots,
Et si nous vous faisons envie
Venez avec nous sur les flots.

 retour